Tu seras un homme mon fils.

Tu seras un homme, mon fils.

Avec ton père, nous sommes d’accord sur la manière de t’élever. Nous t’apprendrons à respecter l’autre, quel qu’il soit. Peu nous importe sa couleur de peau, ses convictions religieuses, son sexe ou sa vie sentimentale. C’est important pour nous que tu ne fasses pas de différence, que tu sois le plus objectif possible.

J’espère que tu sauras prendre ta place, t’indigner quand il le faudra et ne pas tomber dans l’obscurantisme et l’extrémisme.

L’extrémisme, tu ne le sais pas encore, c’est se permettre d’assassiner des gens parce que ce qu’ils dessinent ne te plait pas. C’est se permettre d’interdire à d’autres d’avoir les mêmes droits que toi parce qu’ils sont de même sexe. C’est interdire l’entrée de magasins à des gens parce que leur couleur de peau ne te revient pas.

Oui, aujourd’hui, en France, on assassine des gens pour leurs dessins. Tu ne le sais pas, pas encore, parce que tu es un petit garçon de 4 mois. Hier, deux hommes en ont assassiné 12 autres. Ce matin je n’ai pas eu à t’expliquer pourquoi tous les drapeaux français sont en berne, pourquoi c’est une journée de deuil national.

Alors oui, mon chat, les dessins de Charlie Hebdo n’étaient pas toujours drôles. Ils frôlaient parfois les limites. Je n’achetais pas ce journal, mais je voyais souvent le travail des caricaturistes. Mais hier, en ouvrant le feu dans la salle de rédaction de ce journal, on a tué des gens mais on a surtout tenté de détruire la liberté d’expression.

Tu n’as encore aucune idée de ce qu’est la liberté d’expression. Mais ce droit, si durement acquis, te permettra de dire globalement ce que tu penses. Dans notre France, c’est un droit inaliénable, on ne peut pas y toucher. Hier, par les kalachnikovs, des gens ont essayé de le détruire.

Sur internet ce matin, de nombreux dessins de Kalash contre des crayons fleurissent, des photos #JeSuisCharlie apparaissent en photos de profil Facebook, des rassemblements se tiennent. La solidarité est belle. Elle me touche.

Je suis indignée, choquée et révoltée par leur geste. Je continuerai de lever le poing, pour que toi, mon Minimoyz, tu puisses vivre dans un pays libre et moins fou. Parce que je n’ai pas peur pour moi. J’ai peur pour ton avenir. J’ai peur que tu grandisses dans un pays ou les gens sont renfermés sur eux mêmes, ou ils n’ont pas envie d’être solidaires. J’espère que tu ne grandiras pas dans un tel monde. Et c’est pour cette raison que je continuerai de lutter contre ces idées. Contre l’extrémisme.

Tu seras un homme mon fils. Et un jour je t’expliquerai tout ça, je saurais te montrer la solidarité face à la folie de l’homme. Je t’empêcherai d’amalgamer. Non tous les musulmans ne sont pas des terroristes ni des extrémistes. Il y a des extrémistes dans toutes les religions. On ne doit pas condamner les musulmans pour l’acte isolé de deux fous.

Je t’apprendrais la solidarité, le soutien et surtout le respect de l’autre parce que l’extrémisme ne doit pas survivre, ni ne permettre d’assassiner des gens.

Un jour, tu seras un homme mon fils. Et j’espère que tu me rendras fière de toi.

#NousSommesCharlie

JeSuisCharlie

Publicités